Vers un blocage des silos de céréales pour chevaux !

Lundi 22 février 2010

Imaginer que demain ce soit le blocage des silos de céréales pour chevaux, plutôt que celui des raffineries, qui menace de paralysie l’économie française, est-ce une utopie ? Aujourd’hui, sans doute…

Pourtant, selon une information relayée par 20minutes.fr, un artiste New-Yorkais a entrepris de dénoncer les excès de la société de consommation à travers un de ses symboles marquants, le Hummer, ce 4×4 sur-dimensionné faisant la fierté de nombres d’Américains qui n’hésitent pas, malgré l’hostilité des défenseurs de l’environnement, à s’afficher au volant de cet énorme pourvoyeur de CO². Comment s’y prend-il ?

Il a « simplement » commencé à transformer un Hummer H2 en calèche ! Oui, une vraie calèche, qui sera tirée par de vrais chevaux ! Cette calèche conservera tout son faste bling-bling et ses équipements d’origine : ses jantes chromées, son GPS, la sono, le lecteur DVD et l’écran télé, le tout en état de marche. Mais plus de moteur bruyant, plus d’émission de CO²… remplacés par deux chevaux. Cette calèche devrait prendre du service dans les rues de New York dès le 3 mars.

Hummer caleche

Selon une étude menée par trois chercheurs, surpris que ce 4×4 suscite tant d’engouements bien que vilipendé pour ses travers anti écologiques, ce véhicule serait en fait porteur du discours identitaire des Etats-Unis, une sorte d’incarnation du rêve américain, consumériste, porté par une terre d’abondance choisie par Dieu et donc privilégiée, au-dessus des contingences d’économies, fussent-elles d’énergies et au détriment de la planète ! Une idéologie qui serait intimement liée à des valeurs conservatrices portées à nier la théorie du réchauffement climatique.

La calèche-hummer est baptisée par son créateur « Futurama ». La métamorphose est en cours dans un garage de Palmetto. Elle se fait dans l’enthousiasme, un peu comme un pied de nez d’artiste aux abus de la société de consommation !

En France aussi, le cheval de trait s’est offert un petit clin d’œil de la République, invité au Sénat, par l’intermédiaire du Président de la Commission nationale de développement des chevaux territoriaux. L’invitation a été faite par un groupe de sénateurs, à l’instigation du président de la commission cheval, pour « faire le point sur les travaux et sur les mesures législatives à prendre dans le cadre du grenelle pour promouvoir le cheval territorial ».

C’est à Trouville-sur-Mer qu’il y a dix ans la première expérimentation de services municipaux comme le ramassage du tri sélectif par des véhicules hippomobiles s’est faite. Depuis l’expérience a convaincu une bonne centaine de villes à travers la France. Espérons que ce n’est encore qu’un début !

Alors qui sait, de calèches en ramassages scolaire, ou en collectes de verres, peut-être que finalement, ce n’est pas si utopique d’imaginer qu’un jour, l’économie puisse être menacée par le blocage, non plus des raffineries, mais des productions d’énergies alternatives comme le foin ou les céréales constituants les aliments pour chevaux !

Cheval au service de l'homme, Toutes | Pas de commentaires

Haut de page

Laisser un commentaire

  •  
  •  
  •  

Vous pouvez suivre les commentaires grâce au flux des commentaires.

RESTEZ INFORMES !
Retrouvez-nous…
Méta