Des victimes et des manifestations équestres annulées

Depuis avril, de nombreux cas de rhinopneumonie sont recensés dans les milieux équestres. Cette pathologie affecte de nombreux chevaux. Ce sont autour de 60% qui seraient porteurs du virus. D’une manière générale, rares sont les groupes de chevaux où l’on ne trouve pas trace de ce virus. Mais la majorité des infections échappe aux symptômes les plus graves pour ne laisser paraitre que ceux plus légers d’une simple grippe. La maladie peut provoquer de l’hyperthermie et tous les symptômes grippaux comme des difficultés respiratoires, de la toux et un écoulement nasal. Et, dans les cas les plus graves, cette rhinopneumonie peut entrainer des pertes d’équilibre, voire des troubles de la conscience et parfois même la mort de l’animal.

Cette année, le RESPE (Réseau d’Epidémio-Surveillance en Pathologie Equine) signale une recrudescence de la maladie, en particulier dans l’Ouest, l’Ain, l’Aisne et la Meurthe-et-Moselle. De fait, la rhinopneumonie équine a déjà conduit à l’annulation de nombreuses manifestations équestres.

Précautions à prendre pour limiter l’épidémie de rhinopneumonie équine

La rhinopneumonie équine, comme toute maladie virale, peut se propager à l’ensemble de l’écurie et lors des transports, concours, manifestations équestres…

Dès la perception de l’un de ces symptômes, il est préférable d’appeler le vétérinaire. Cela dit, des mesures de surveillance doivent être prises en cas de doute comme l’isolement et la la prise de température matin et soir de l’animal symptomatique. Pour le reste des chevaux de l’écurie, il est préférable de limiter les sorties. Et bien sûr il est important de désinfecter les locaux et matériels.

D’autres mesures de bon sens, comme la vérification des dates de rappels vaccinaux de tous les chevaux de la structure équestre, la propreté des boxes ou encore un matériel individuel pour chaque cheval.

De nombreux organisateurs de manifestations équestres ont privilégié le principe de précaution pour préserver leur écurie, comme par exemple au pôle international du Cheval à Deauville où un concours de saut d’obstacles prévu du 27 avril au 1er mai 2018 a été annulé.

Actuellement, le RESPE précise que la situation n’est toujours pas stabilisée car de nouveaux foyers sont détectés et cela aussi bien dans des départements déjà touchés que dans ceux qui ne l’étaient pas encore.

Carte de localisation par le RESPE des cas confirmés de rhinopneumonie entre le 29 janvier et le 24 avril 2018

Une épidémie de rhinopneumonie équine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *