Je m’appelle Poku, je suis un gentil pur-sang, depuis toujours ami de l’homme. Je vivais avec mes congénères une histoire paisible dans ma prairie près de la Lesse en Belgique. Dès que je voyais des humains, je m’approchais confiant, sachant qu’ils avaient des caresses au creux de la main et parfois des gourmandises cachées dans les poches. J’aimais leurs regards chaleureux quand ils venaient vers moi…

Leurs regards chaleureux ? Je ne savais pas que certains pouvaient aussi être pleins de haine, de cruauté… Leurs mains pleines de caresses ? J’ignorais que certaines pouvaient s’armer de trucs si lourds et si tranchants… qu’elles pouvaient frapper si fort…

Ma prairie… je ne sais pas si j’y retournerai un jour. Là, je suis en « soins intensifs » après être passé sur le billard au CHU de Liège. Mon copain Tibet, pur-sang comme moi, aussi. Les chirurgiens qui se sont occupés de nous disent que « notre avenir est réservé à cause des risques d’infections et de complications tant le manque de tissus pour faire la reconstruction de nos blessures est important… ».

Je préfère ne pas vous montrer les photos de nos blessures ; vous qui lisez ces lignes vous devez être des humains avec des caresses dans les mains, alors je n’ai pas envie de faire pleurer vos yeux.

Tibet et moi, si on survit, on aura sûrement du mal à laisser de nouveau des mains s’approcher de nos chanfreins blessés. Même si on sait que vous n’êtes pas tous méchants et cruels, comment savoir ce qu’elles renfermeront maintenant ?

En attendant, ce qui serait bien c’est que l’on retrouve ceux qui nous ont fait ça. Pas seulement pour nous, mais parce que des gens qui ont autant de cruauté en eux risquent de faire du mal aussi à d’autres humains fragiles, des enfants, ou autres. Tibet et moi on n’aimerait pas ça du tout. Alors, il parait que la police veut « mettre tous les moyens en œuvre pour retrouver les auteurs de ces actes innommables ». Des médias ont semble-t-il recueilli des témoignages signalant la présence « d’un homme blond, de taille moyenne dans le champ lundi après-midi vers 16h. Vêtu d’un short et d’un t-shirt noir, il aurait un tatouage en forme de cercle sur le bras ». Si vous avez des infos complémentaires, on vous remercie de contacter la police de Dinant, qui est chargée de l’enquête, au 082/67.68.10.

Moi, Orku, cheval grièvement blessé par un humain malfaisant, je souhaite aussi que la justice se donne les moyens de punir comme il se doit toute personne capable de tels actes envers un animal comme moi. Pour cela, il faut que la loi évolue.

Merci à vous tous qui ferez changer les choses…

Moi, Poku, cheval violemment agressé…

2 avis sur « Moi, Poku, cheval violemment agressé… »

  • 30 juin 2011 à 11 h 48 min
    Permalien

    bonjour, je suis de tout coeur avec vous, ici aussi en France il y a eu des cruautés gratuites commises sur des chevaux au pré, c’est indigne d’un être « humain » ce mot perd alors toute sa valeur…j’espère que les coupables seront retrouvé et qu’ils répondront de leur acte mais la sanction ne sera jamais à la hauteur d’une telle cruauté

    Répondre
  • 30 juin 2011 à 11 h 51 min
    Permalien

    je vous souhaite bon courage et j’espère de tout coeur que Poku et Tibet, bien qu’ils n’oubliront jamais, survivent et puissent être en paix dans leur prairie, et qu’ils ne souffrent pas trop, phisyquement et moralement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *