En attendant le Prix d’Amérique…

Dimanche 17 janvier 2010

Prix d'Amérique 2010Qu’est-ce donc que ce Prix d’Amérique qui propulse des chevaux non seulement à la une des médias mais aussi et surtout dans le cœur de chacun, et pour longtemps, à l’instar d’Ourasi, Roquépine, trois fois vainqueur dans les années 60 ou Gélinotte en 1957ou Pro Patria, premier vainqueur en 1920 !

Et oui, le prestigieux Prix d’Amérique existe depuis 1920 ! Il se disputera cette année le 31 janvier, sur l’hippodrome Paris-Vincennes. L’hippodrome s’étale sur 42 hectares au cœur du bois de Vincennes. Il est le premier hippodrome du monde réservé au trot. Il s’y court 154 courses par an sur une grande piste cendrée de 1.975 mètres. 150 boxes sont mis à la disposition des chevaux. Un grand hall bardé d’écrans relayant les informations de courses, s’étend sur 3.000 m². Les tribunes peuvent recevoir 40.000 spectateurs. Pour ne rien perdre des courses, un écran géant de 160 m², unique en Europe, se dresse face aux tribunes. Le Prix d’Amérique est certainement la plus prestigieuse course de trot du monde, considérée comme le championnat du monde des trotteurs. Course internationale, elle est dotée 1.000.000 d’euros répartis entre les 7 premiers. Le vainqueur pour sa part remporte 500.000 euros. Il se disputera cette année sur 2.700 mètres. Le premier en 1920 qui a vu la victoire de Pro Patria s’est couru sur 2.500 m en 1’ 31″ 4. L’an dernier, le vainqueur Meaulnes du Corta a couru les 2.700 m. en 1′ 12″ 5 !

La course est réservée aux chevaux de 4 à 10 ans dont les gains de l’année sont d’au moins 160.000 euros. Ils doivent également avoir participé à une course depuis le 1er octobre. Le gagnant du Critérium Continental bénéficie d’une priorité de participation. Concernant la participation des drivers, seuls ceux ayant remporté au moins 35 courses, dont 10 de trot attelé, sont autorisés à être aux commandes des sulkies sur la piste du Prix d’Amérique !

Il faut savoir que le Prix d’Amérique est la course qui fait les plus grosses recettes du PMU. Il est sponsorisé depuis 2001 par Marionnaud. C’est aussi un « rendez-vous du cœur » pour aider l’association « Les P’tits Cracks » qui s’occupe d’enfants atteints de cancer.

A deux semaines du Prix d’Amérique, 18 champions devraient être en lisse mais rien n’est encore inscrit dans le marbre… Parmi les champions acquis aux gains, voici quelques-uns de ceux qui sont attendus sur la ligne de départ (par ordre alphabétique) :

- Meaulnes du Corta, 10 ans

- Nouba du Saptel, 9 ans

- Olga du Biwetz, 8 ans

- Orlando Sport, 8 ans

- Paris Haufor, 7 ans

- Quarcio du Chêne, 6 ans

- Quarla, 6 ans

- Ready Cash, 5 ans

- Russel November, 7 ans

Mais avant le départ à 15h40, le Prix d’Amérique est aussi un spectacle de danseurs et acrobates sur la piste, avec un défilé de personnalités, une présentation de la Fanfare de la Garde Républicaine et son Carrousel des Lances, avec 33 cavaliers déroulant de superbes figures de dressage.

Et vous, quels sont vos champions préférés ?

Qu’est-ce donc que ce Prix d’Amérique qui propulse des chevaux non seulement à la une des médias mais aussi et surtout dans le cœur de chacun, et pour longtemps, à l’instar d’Ourasi, Roquépine, trois fois vainqueur dans les années 60 ou Gélinotte en 1957ou Pro Patria, premier vainqueur en 1920 !

Et oui, le prestigieux Prix d’Amérique existe depuis 1920 ! Il se disputera cette année le 31 janvier, sur l’hippodrome Paris-Vincennes. L’hippodrome s’étale sur 42 hectares au cœur du bois de Vincennes. Il est le premier hippodrome du monde réservé au trot. Il s’y court 154 courses par an sur une grande piste cendrée de 1.975 mètres. 150 boxes sont mis à la disposition des chevaux. Un grand hall bardé d’écrans relayant les informations de courses, s’étend sur 3.000 m². Les tribunes peuvent recevoir 40.000 spectateurs. Pour ne rien perdre des courses, un écran géant de 160 m², unique en Europe, se dresse face aux tribunes.

Le Prix d’Amérique est certainement la plus prestigieuse course de trot du monde, considérée comme le championnat du monde des trotteurs. Course internationale, elle est dotée 1.000.000 d’euros répartis entre les 7 premiers. Le vainqueur pour sa part remporte 500.000 euros. Il se disputera cette année sur 2.700 mètres. Le premier en 1920 qui a vu la victoire de Pro Patria s’est couru sur 2.500 m en 1’ 31″ 4. L’an dernier, le vainqueur Meaulnes du Corta a couru les 2.700 m. en 1′ 12″ 5 !

La course est réservée aux chevaux de 4 à 10 ans dont les gains de l’année sont d’au moins 160.000 euros. Ils doivent également avoir participé à une course depuis le 1er octobre. Le gagnant du Critérium Continental bénéficie d’une priorité de participation. Concernant la participation des drivers, seuls ceux ayant remporté au moins 35 courses, dont 10 de trot attelé, sont autorisés à être aux commandes des sulkies sur la piste du Prix d’Amérique !

Il faut savoir que le Prix d’Amérique est la course qui fait les plus grosses recettes du PMU. Il est sponsorisé depuis 2001 par Marionnaud. C’est aussi un « rendez-vous du cœur » pour aider l’association « Les P’tits Cracks » qui s’occupe d’enfants atteints de cancer.

A deux semaines du Prix d’Amérique, 18 champions devraient être en lisse mais rien n’est encore inscrit dans le marbre… Parmi les champions acquis aux gains, voici quelques-uns de ceux qui sont attendus sur la ligne de départ (par ordre alphabétique) :

- Meaulnes du Corta, 10 ans

- Nouba du Saptel, 9 ans

- Olga du Biwetz, 8 ans

- Orlando Sport, 8 ans

- Paris Haufor, 7 ans

- Quarcio du Chêne, 6 ans

- Quarla, 6 ans

- Ready Cash, 5 ans

- Russel November, 7 ans

Mais avant le départ à 15h40, le Prix d’Amérique est aussi un spectacle de danseurs et acrobates sur la piste, avec un défilé de personnalités, une présentation de la Fanfare de la Garde Républicaine et son Carrousel des Lances, avec 33 cavaliers déroulant de superbes figures de dressage.

Cheval actualité, Toutes | Pas de commentaires

Haut de page

Laisser un commentaire

  •  
  •  
  •  

Vous pouvez suivre les commentaires grâce au flux des commentaires.

RESTEZ INFORMES !
Retrouvez-nous…
Méta