Cheval preRien qu’en région parisienne, ce sont 86 chevaux qui ont été foudroyés par cette maladie en moins d’un mois ! A l’exemple des deux chevaux de Véronique Lafont, membre de l’association d’attelage de Seine-Maritime, disparus en quelques heures.

Véronique Lafont, propriétaire d’un Cob Normand de 6 ans et d’un trotteur de 18 ans voulait leur offrir quelques vacances au pré. Des vacances qui ont viré au cauchemar… Les symptômes commencent par une grosse fatigue. Le cheval reste couché, refuse de se lever. Puis il montre des tremblements, des plaques de transpiration, une arythmie cardiaque, et il urine noir…

On peut constater aussi une hypothermie, la température du cheval peut descendre en dessous de 36°,  hypothermie accentuée par le fait qu’il reste immobile, couché dans l’herbe humide et froide. Il est à noter que malgré la gravité des signes cliniques, le cheval ne manifeste pas un comportement étrange ou anormal, Il reste en phase avec son environnement, et va chercher à grignoter un brin de paille comme si tout allait bien. Hors cas de colique abdominale associée, le cheval souffrant de myopathie atypique n’exprime pas de manifestations très significatives de douleur comme dans le cas de myopathies dues à l’exercice.

Cette myopathie fulgurante frappe les chevaux séjournant au pré. Ce n’est pas une maladie contagieuse, il s’agirait d’une bactérie présente dans la pâture, dont le développement est favorisé par un temps doux et humide. Les mécanismes physiopathologiques de myopathie atypique restent pour le moment inconnus. Mais ce sont les jeunes chevaux qui semblent les plus à risques. Aucun traitement ne semble véritablement efficace.

Il est donc très important d’agir en prévention, notamment en rentrant les chevaux au box si c’est possible, ou bien en trouvant d’urgence une pâture moins humide. Si faute de place il vous faut choisir les chevaux à déplacer, il faut privilégier les chevaux les plus jeunes, plus vulnérables.

Sur le plan alimentaire, nourrir avec des mélanges complets en proscrivant le foin. Il faut également abreuver avec de l’eau de ville, en évitant l’eau de pluie. En cas de doute sur l’état de son cheval, notamment s’il semble fatigué, abattu, avec une diminution de l’appétit, parfois même des signes de coliques, il faut demander au vétérinaire d’effectuer un dosage de l’activité des enzymes musculaires. Un autre signe qui peut aider le vétérinaire à établir un diagnostic est l’émission d’urine anormalement foncée. Recueillir les urines dans un seau pour les faire analyser.

Sans faire de psychose, il semble aussi particulièrement prudent et solidaire de prévenir l’environnement, les autres cavaliers, si l’on constate quelques-uns de ces signes sur son cheval. Même non-contagieuse, la bactérie présente dans la pâture risque hélas de ne pas affecter qu’un seul cheval !

Attention… myopathie foudroyante du cheval

14 avis sur « Attention… myopathie foudroyante du cheval »

  • 7 décembre 2009 à 19 h 02 min
    Permalien

    bonsoir
    au vu des symptomes decris dans l’article,cette maladie ressemble à une autre connue depuis fort longtemps en angleterre sous le nom de » grass sickness »ou mal de l’herbe qui a decimé la quasi toalité de l’effectif équin en ecosse en 1920,voir dans le livre le cheval et ses maladies de 1980 chapitre 43 page 137

    Répondre
  • 25 décembre 2009 à 17 h 16 min
    Permalien

    Quelle malchance !je suis d’accord avec jean luc, cette maladie est connue sous le nom de « grass sickness ».
    Espérons qu’ils s’en remettront (les chevaux !)

    Répondre
  • 13 janvier 2010 à 11 h 38 min
    Permalien

    ayant lu vos commentaires sur « la maladie de l’herbe » grassickness » étant en Bretagne nous avons perdu 3 chevaux en novembre 2009 de cette maladie et qui atteint les chevaux entre 3 et 7 ans de mort foudroyante et les chevaux un peu plus âgés le dernier ayant 15 ans que l’on a été obligé d’euthanasier car la guérison est très rare. merci et se tenir au courant du développement de cette maladie

    Répondre
  • 22 février 2010 à 15 h 41 min
    Permalien

    j’adore les chevaux dite moi comment avoir un cheval!!!

    Répondre
  • 1 mars 2010 à 23 h 18 min
    Permalien

    Cette maladie est une vrai saloperie, j’ai perdu ma jument à cause d’elle, elle à survécu pendant 10 jrs mais n’a pas pu se battre cette maladie est bien plus forte qu’eux malheureusement pourtant dieu c’est qu’elle s’est battu et nous avec! elle a été perfusé pendant 10 jrs, à eu tous les médicaments possible mais rien à faire j’ai du prendre l’ffreuse décision de l’aider à partir car elle n’avait plus la force de se battre, courage à tous ceux qui devront ou on vécu cet enfer… paix à tous ces petits doudou partis bcp trop tot ; ma fille je t’aime

    Répondre
  • 21 juillet 2010 à 6 h 16 min
    Permalien

    bonjour mon loulou serait atteint de la maladie de l’herbe sous la forme chronique car il en est a 14 jours..je recherche un maximum d’informations et temoignages sur cette maladie.merci.

    Répondre
  • 23 juillet 2010 à 18 h 53 min
    Permalien

    bonjour,
    Mon cheval âgé de 3 ans vient d’être opéré d’une colique dû à un entrapement du colon. Lors de l’intervention, les vétérinaires le soupçonne d’avoir la maladie de l’herbe. cela fait 10 jours qu’il est tristounet et mardi soir, il s’est mis à trembler, avec de la fièvre et une colique.
    Avez-vous les mêmes symptômes ?

    Répondre
  • 27 juin 2011 à 14 h 14 min
    Permalien

    Mon poney a été atteint pour la 1ere fois en mai 1999…soigné pendant 1 mois, 2 perfisions/jour, selenium, antiinflamatoires,anti douleurs etc tec…il avait tous les symptomes de la maladie de l’herbe aisi que les conditions,au pré, patures humide, grands arbres…je me suis battu avec lui…au bout d’un mois il était squletique,entièrement sous lui, m’éconnaisable, et souffrait beaucoup, la mort dans l’âme je m’aprètai à lui dire adieu, quand j’ai eu l’idée de le remettre avec son copain,arrété les injections(il n’y avait plus de place pour piquer! je luis ai donner du magnésium marin , du ginseng, et il s’est remis peu à peu; mais parfois, comme cette année il refait une crise plus ou moins sévère

    Répondre
  • 27 juin 2011 à 14 h 25 min
    Permalien

    (suite)je pense qu’il à été plus ou moins immunisé la 1ère fois, mais ne sera jamais vraiment guéri…le ginseng lui redonne des forces et l’aide à lutter,le manesium marin lui remet les reins et les muscles en fonction, soulage la douleur…il faut aussi l’aider à garder le moral,en lui montrant qu’on est là et qu’on le soigne,ce qu’il comprend parfaitement; Quand la crise est passée (au moins un mois) il redeviens pafaitement normal et fait même le clown.Il à maintenant 12 ans; Bon courage à tous ceux qui passent par là…vous pouvez me joindre : williot.mj@infonie.fr.

    Répondre
  • 27 juin 2011 à 14 h 30 min
    Permalien

    Mon poney a été atteint pour la 1ere fois en mai 1999…soigné pendant 1 mois, 2 perfusions/jour, selenium, antiinflamatoires,anti douleurs etc tec…il avait tous les symptomes de la maladie de l’herbe aisi que les conditions:au pré, pature humide, grands arbres…je me suis battue avec lui…au bout d’un mois il était squeletique,entièrement sous lui, m’éconnaisable, et souffrait beaucoup, la mort dans l’âme je m’aprèttai à lui dire adieu, quand j’ai eu l’idée de le remettre avec son copain,arréter les injections(il n’y avait plus de place pour piquer! je lui ai donné du magnésium marin , du ginseng, et il s’est remis peu à peu; mais parfois, comme cette année il refait une crise plus ou moins sévère

    Répondre
  • 14 janvier 2013 à 16 h 46 min
    Permalien

    la jument de note fille et decedee dimanche 6 janvier nous avos ete oblige de la piquer ele etait paralisee jusqu au cou elle a e une miopathie fugurante elle a ete prise la veiele ele s est couche le samedi vers 11h son eterinaire est arrive en suivant perfusion antiboique ani inflamatoire injection pour l atrose nous avons fait le maximum mais ca n a pas sufit sa maitresse a vu de sa soufrance a ecide de la faire piquer cette decsisiona ete lapus dificille de sa vie elle l a acompagnee jusq ason dernier soffle elle voulait qu elle parte dignement mais purmoi laviesans elle n a plusaucne valer je souffre et n arrive pas a mefaire a l ide que je ne reverrai jaais es ce que nous aurions ut la sauver c est unequestion uime antera toute ma vie avons nousprisl bonne decsision? elle avait 24 as mais 1seaineavant etait en pleine forme la seue chose3 jours avant elle aait u peuleco rade ele eu n peu de mal a baiser son useau dans le sczau de so complement alimantaire etait ce un signe?

    Répondre
  • 7 janvier 2014 à 10 h 09 min
    Permalien

    myopathie atypique

    bonjour
    je tente ce concours dans le but d offrir les gains (s il gagne!) au docteur Dominique Votion de l université de Liège pour ses recherches sur la myopathie atypique des équidés .

    . Aucun traitement préventif n’a encore été trouvé et très très peu de chevaux survivent à cet empoisonnement .. Le Docteur Votion fait donc des recherches pour tenter d éradiquer ce fléau, mais la recherche sur la myopathie atypique nest pas subventionnée : elle a besoin de votre aide .
    http://www.votipets.com/animal-10793-darwin.html
    merci de voter et faire suivre !

    Répondre
  • 11 mai 2015 à 16 h 07 min
    Permalien

    Je demeure a Québec ,j’ai perdu ma jument qui est morte de cette maladie avec touts ces ce qui est dit . le 10 mai 2015

    Répondre
  • 17 mai 2017 à 19 h 17 min
    Permalien

    Et bien moi je ne sais pas du tout si mon poney est mort de ça, aucune prise de sang ou analyse d’urine n’ont été faite mais ses symptômes étaient les suivants :

    il s’est couché, puis s’est relevé et se jettait par terre de douleur
    ensuite on a pensé à colique alors il a marché 3 heures et s’est éffondré.
    puis a commencé à se rouler, rouler, se regarder le ventre
    sous morphine il a été brouter comme si de rien était
    très déshydraté le lendemain sous perfusion (3x 5L) il se cambrait et faisait des bruits de douleurs, impossible de pisser
    pas de crotins pendant 24h et enfin un crotin, mais pas de pipi, ce qui est sorti était pateux, marron, il avait un mal fou
    battements cardiaque hyper élevée
    hypothermie
    pas de sudation, mais de l’air dans le ventre
    il sentait pas bon du tout dans la bouche
    il était complètement abattu
    j’ai du le faire partir il avait trop mal et les vétos n’ont pas su me dire ce qu’il avait

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *