21 chevaux de polo victimes de produits toxiques

Samedi 25 avril 2009

poloLe week-end dernier, en Floride, 21 chevaux de l’équipe vénézuélienne sont morts à l’occasion d’un prestigieux tournoi de polo. Les 7 premiers chevaux se sont écroulés en entrant sur le terrain du Wellington International Polo Club, près de Palm Beach, sous les yeux du public horrifié, venu assister au 10ème championnat américain de polo. Les chevaux sont morts en quelques minutes, devant les vétérinaires qui ont tenté en vain d’intervenir pour les sauver. Les 14 suivants sont décédés quelques heures plus tard. Les chevaux de l’équipe vénézuélienne appartenaient à un richissime banquier qui pleurait auprès des corps de ses chevaux, chacun valant autour de 2 millions de dollars (seuls 8 étaient assurés).

A cause de la rapidité avec laquelle les chevaux ont été foudroyés, les vétérinaires ont tout de suite pensé qu’ils avaient succombé à l’ingestion de produits toxiques. L’idée de dopage vient immédiatement à l’esprit car il ne serait pas rare, à ce niveau de la compétition, que les chevaux de polo se voient administrer des cocktails chimiques destinés à améliorer leurs performances. Ces produits dopants, catégorie stéroïdes, sont tantôt ajoutés à l’eau donnée au cheval, tantôt administrés par injection.

Aux Etats-Unis, les tests de détection ne sont pas pratiqués sur les terrains de polo car ce sport est considéré comme un « sport de gentlemen ». Il serait donc inutile de mettre en doute la bonne conduite des équipes en faisant des contrôles antidopage…

Une enquête est en cours, des prélèvements ont été faits. En attendant, jeudi la responsable d’un laboratoire ayant préparé un « complément vitaminé » destiné aux chevaux de l’équipe de polo, a affirmé à l’AFP qu’une enquête interne de son laboratoire aurait détecté une erreur de dosage d’un « ingrédient » dans la préparation de ce complément vitaminé. Elle n’a pas précisé l’ingrédient en question.

Le monde du polo est visiblement affecté par les décès de ces chevaux. Jeudi 22 avril lors de l’open américain, les participants ont respecté une minute de silence à la mémoire des chevaux de l’équipe vénézuélienne.

Le cheval de polo

Le cheval de polo doit rassembler des qualités souvent antinomiques : il ne doit pas être trop grand, mais il doit être rapide. De plus, il doit être docile et souple, être capable de piler et de faire des pirouettes tout en gardant une cadence vive. Le cheval de polo doit aussi être agile, pouvoir tourner instantanément des deux côtés. Il doit encore être intelligent, sachant s’adapter au jeu. De façon générale, le cheval de polo est un cheval rapide, sensible et docile. Chaque cavalier a ses propres préférences en fonction de sa sensibilité mais surtout de sa façon de jouer. Il orientera son cheval vers les qualités qu’il privilégie pour son jeu.

Sport d’équipe, le polo est une sorte de curieux mélange entre le rugby et le hockey. Le joueur frappe la balle avec un maillet. Le match se joue en périodes de 7,3 minutes sur un terrain de 270 m. On retrouve dans ce sport tous les aspects de l’équitation : dressage : voltes, demi-voltes, changements de pieds permanents. Compétition, avec des courses effrénées, au botte à botte…Le cavalier travaille son assiette pour l’adapter aussi bien à la course qu’à l’action de frappe de la balle. Il lui faut une grande mobilité du bassin pour rester avec les épaules toujours parallèles à l’axe de sa monture.

Le joueur de polo se doit traditionnellement d’être fair-play. Il se présente vêtu correctement, le pantalon blanc et les bottes cirées. Sur un terrain de polo, on ne doit pas entendre la moindre remarque désobligeante, et encore moins de jurons.

Le polo génère cependant une ambiance électrique entrainant une grande complicité au sein des équipes et l’envie de mener à bien des actions collectives construites sur des stratégies d’attaque ou de défense et une certaine capacité d’anticipation. Le cheval est le premier équipier du joueur, c’est avec lui que se construit la plus grande complicité.

Par contre, le cheval est extrêmement sollicité. Ce qui explique sans doute les présomptions de dopage à ce niveau de la compétition. Un comportement assez loi du fair-play requis pour ce sport, non ?

Sports équestres, Toutes | 1 commentaire

Haut de page

Une réponse pour “21 chevaux de polo victimes de produits toxiques”

  1. 01

    c’est dégueulasse de droguer des chevaux, erreur de dosage qui fait mourir ou pas. Que certains sportifs se droguent ils prennent leur responsabilité sur leur santé mais droguer le cheval, lui il a rien demandé et quand il sera malade il sera emmené à l’abattoir !
    Là, ils ont pas eu besoin. C’est horrible.

    Par Sylvie le Dimanche 26 avril 2009 à 7:25
    Haut de page

Laisser un commentaire

  •  
  •  
  •  

Vous pouvez suivre les commentaires grâce au flux des commentaires.

RESTEZ INFORMES !
Retrouvez-nous…
Méta